Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 février 2015 1 23 /02 /février /2015 15:00

En cliquant sur le lien ci-desous vous pourrez découvrir les journaux concernant les candidat-e-s et les propositions du  Front de gauche de Boulogne-Billancourt pour élections départementales du 22 mars 2015

boulogne-2-Sevres-copie-1.jpg

                                                                  link

 

Boulogne-Billaancourt-1-copie-1.jpg                                                                       link

Repost 0
8 février 2015 7 08 /02 /février /2015 13:08

peuple grec

 

Signez la pétition de soutien au peuple grec, ici : link

Solidarité avec la résistance grecque

Le Peuple grec est en situation de légitime défense. On tente de lui imposer des politiques d'austérité insupportables. Les plans successifs échafaudés à Bruxelles ou par le conseil européen et présentés à intervalles de plus en plus réguliers comme le seul moyen de le « sauver » du surendettement et de « sauver » l'euro, sont à chaque fois en échec. En se soumettant toujours davantage au diktat des marchés financiers on ne traite pas le malade. On le tue. Poursuivre dans cette voie est aussi insensé que dangereux. L'austérité, fait mal aux peuples européens, elle frappe aussi l'Europe de plein fouet.

Il faut un véritable plan de solidarité avec la Grèce. C'est aussi la seule voie du salut pour l'euro et les partenaires européens d'Athènes. La Banque Centrale Européenne (BCE) doit aider à relancer la croissance et l'emploi en Grèce et partout ailleurs, en finançant - au taux auquel elle prête aux banques à 1% voire moins -, les Etats et leurs services publics, en leur permettant ainsi de sortir de leurs dépendances des marchés financiers et de leurs taux d'intérêt usuraires.

Partout aujourd'hui la croissance décline. Une nouvelle récession menace la zone euro. La démocratie est piétinée. Des gouvernements non élus, comme celui d'Athènes, sont désignés, des aréopages bureaucratiques dictent leur loi aux assemblées élues. Des décisions autoritaires sont prises pour forcer les résistances populaires contre l'écrasement des salaires et des protections sociales.

La construction européenne ne survivra pas à cette fuite en avant. Les peuples en lutte contre l'austérité ont raison. Ils ont besoin de toute notre solidarité.

Nous appuyons l'idée avancée par des économistes, des acteurs du mouvement social et des forces de gauche pour que, par le rachat de titres de dette publique à l'émission, la BCE finance directement les Etats et leurs services publics. Ce serait là le seul moyen de casser les ressorts de la spéculation contre les dettes publiques.

Les différents partenaires de la zone euro doivent pouvoir user du pouvoir de la BCE de créer de l'argent pour financer les immenses besoins de notre temps (sociaux, écologiques, énergétiques, sanitaires etc) et répondre enfin présent à la nécessaire solidarité européenne.

Elles ne sont pas inflationnistes puisqu'elles impulsent une productivité supérieure et écologique et des créations de richesses nouvelles dans toute la zone euro.

Le Fonds Européen de Stabilité Financière mis en place par l'UE doit être transformé en un fonds européen de développement social et écologique et dévoué à cette optique. Et la recapitalisation des banques ou leur nationalisation doit être conditionnée à une autre politique du crédit au service de ces objectifs.

L'Europe est à un tournant. Elle ne peut sortir de la crise que si elle s'émancipe de la dictature des marchés financiers et se rend capable d'une promotion sociale, démocratique et écologique partagée.

Repost 0
4 février 2015 3 04 /02 /février /2015 23:53

tzipras

 

  

Quelles ont été les premières mesures annoncées par e gouvernement de Syriza et comment il envisage la renégociation de la dette ?

 Ce gouvernement de salut national conduit par Syriza a pris dés les premiers jours des mesures attendues depuis des mois par le peuple grec. Il n’a pas fait comme d’autres, en 2012 en France, qui ont abandonné toute renégociation du traité « Merkozy » quelques jours après nous avoir dit qu’il allait montrer les muscles. La première grande différence entre François Hollande et Alexis Tsipras est qu’il dit ce qu’il fait et qu’il fait ce qu’il dit. Augmenter le smic à 750 € par mois, aider les plus démunis à accéder à l’électricité et aux soins médicaux, réembaucher des salariés injustement licenciés comme les femmes de ménage du ministère des Finances, arrêter la privatisation du Port du Pirée et de la compagnie nationale d’électricité, voilà des mesures de gauche et surtout des mesures qui vont à l’encontre des plans austéritaires menés par les gouvernements précédents. Elles sont la garantie que la Grèce décide elle-même de ses orientations et qu’elle n’admet plus la « coupe » de la troïka qualifiée l’illégitime et d’antidémocratique par le ministre des Finances grec lui-même. Sa tournée des capitales européennes a pour but de faire connaître les propositions du nouveau pouvoir en Grèce et de négocier un effacement ou un allongement du remboursement de la dette grecque. Comme dans toute négociation, les points de vue sont éloignés, mais le fait qu’Alexis Tsipras ait mis sa victoire sous les auspices d’une autre Grèce mais aussi d’une autre Europe lui donne une surface bien plus dérangeante que s’il s’était mis hors jeu, c’est-à-dire hors euro, voire hors UE dés le départ. La balle est maintenant dans le camp de l’Union européenne et des gouvernements qui la composent. L’arrivée d’un pouvoir anti-austéritaire légitime dans un pays de l’Union et de la zone euro peut-il  changer la donne pour toute l’Europe ? Le PCF et le Parti de la Gauche Européenne (PGE) croient à cette orientation.

 

Pourquoi Zyriza a passé un accord de gouvernement avec « les Grecs indépendants » ?

 Il est clair que ce parti souverainiste de droite n’est pas l’allié naturel de Syriza et nos camarades grecs auraient préféré rassembler l’ensemble de la gauche grecque et obtenir le soutien du KKE  (le Parti communiste de Grèce) avec ses 15 députés, parti qui augmente en pourcentage et en sièges par rapport à 2012. Mais c’est une fin de non recevoir qui est parvenue du KKE. Pas de participation ni même de soutien au gouvernement, seule l’annonce d’un soutien au cas par cas selon les projets de lois proposés. Il y a donc fort à parier que sur les mesures détaillées plus haut, le KKE apportera son soutien au gouvernement. Mais Syriza ne pouvait se permettre de recycler des forces politiques comme le PASOK (socialiste) qui ont soutenu toutes les orientations portées par la troïka depuis 2008. Aube Dorée ne pouvait à l’évidence être sollicité, et le parti centriste To Potami était déjà prêt à des concessions avec Bruxelles et le FMI. Les Grecs indépendants n’ont qu’un mérite, ils se sont exprimés contre les différents plans de restructuration demandés par la troïka. Ils soutiennent donc sur le plan économique et social les mesures préconisées par Alexis Tsipras. Sur les questions sociétales et en particulier sur l’immigration, on voit que leur place n’est pas déterminante puisque l’annonce du remplacement du droit du sang par le droit du sol en matière de naturalisation a été annoncée malgré leur présence au gouvernement. Comparaison n’est pas raison mais dans un pays qui vit une guerre économique où l’Union européenne, la BCE et le FMI ne sont pas des alliés, il convenait que la Grèce puisse avoir un gouvernement avec une assise parlementaire solide. Un gouvernement minoritaire était possible, mais il fragilisait le Premier ministre dans ses négociations nationales et européennes, voir mondiales.  Le fait de confier le ministère de la Défense au responsable des « Grecs indépendants » montre la connaissance du comportement de l’armée et de la police grecque dont on sait qu’elles ont eu par le passé des comportements bien peu démocratiques.

 

Quel mouvement de solidarité impulser en France ?

 Syriza appartient au Parti de la gauche européenne et ce sont d’abord les amis allemands de Die Linke, du PCF et du Front de gauche en France et de la gauche espagnole que doivent venir les signes. Le groupe de la GUE au Parlement européen doit aussi être le fer de lance de l’aide à la renégociation avec l‘UE des prêts à a Grèce. Cette victoire remet à l’agenda les propositions que nous avons faites avec Syriza de modification des statuts de la BCE et de la nécessité d’un fond de développement à l’investissement pour l’emploi et les services publics en Europe. Cette victoire en Grèce nous oblige. Mais parallèlement, il convient aussi que les parlementaires communistes et du Front de gauche demandent au gouvernement Français quelle sera son attitude par rapport aux demandes grecques d’effacement ou de renégociation de sa dette à l’égard des banques. La France, par le passé, a déjà annulé des dettes nationales de pays touchés par des demandes de restructuration du FMI, en particulier en Afrique. Il nous parait légitime d’appuyer ces demandes. Mais il convient aussi de ne pas abandonner le processus de solidarité des collectivités locales à l’égard de la Grèce, amorcées avant même la victoire de Syriza. Il convient que les autorités grecques nous fassent part de leurs besoins, mais nous pouvons là aussi relayer ou initier des actions concrètes de solidarité dans le secteur de la santé ou de l’éducation qui, il faut bien le dire, sont des secteurs en ruine depuis les huit ans de pouvoir de a Nouvelle Démocratie et du PASOK. Nous le ferons après avoir rencontré les autorités nouvellement élues, qu’elles soient nationales ou locales.

 

L’Humanité du 4février 2015

Repost 0
28 janvier 2015 3 28 /01 /janvier /2015 16:28

Etincelle_Fev2015_BasseDef2-1.jpg

Etincelle_Fev2015_BasseDef2-8-copie-1.jpg

Repost 0
14 janvier 2015 3 14 /01 /janvier /2015 15:30

tract semaine restons charlie-1

tract semaine restons charlie-2

Repost 0
Published by - dans PCF
commenter cet article
19 décembre 2014 5 19 /12 /décembre /2014 10:38

CarteVoeux_ImpressionCMJN4.jpg

Repost 0
Published by - dans PCF
commenter cet article
29 novembre 2014 6 29 /11 /novembre /2014 17:26

 

   Parti  Communiste Français 

  Boulogne-Billancourt  18 rue Heinrich – 92100 Boulogne-Billancourt

 

  Tél :       01 46 21 50 16     

  E-mail : pcfboulogne@yahoo.fr

  Blog :  pcf.boulogne-billancourt.over-blog.com

 

 

RÉUSSITE SCOLAIRE

POUR TOUS LES ENFANTS

DE BOULOGNE-BILLANCOURT

                  

Refonte de l’Éducation Prioritaire : 5 écoles durement touchées !

 

Le ministère de l'Education Nationale lance un nouveau plan pour l'éducation prioritaire, la France étant l'un des pays où l'origine sociale influe le plus sur la réussite scolaire.

Mais ce plan s'accompagne d'une révision de la carte des Zones d’Éducation Prioritaire (ZEP) et se traduirait pour les Hauts de Seine par la suppression de 8 réseaux dont à Boulogne le Réseau du collège Jean Renoir et les écoles qui y sont rattachées : les maternelles Forum, Castéja et l'élémentaire Castéja d'une part, la maternelle Jean Guillon et l’élémentaire Pierre Grenier d’autre part.

Si ces écoles devaient s'aligner sur les autres écoles de Boulogne, voici ce que cela entrainerait :

·         Une hausse des effectifs, donc moins de temps pour s’occuper de chaque élève 

·         Moins d'intervention des enseignants spécialisés pour l'aide aux élèves en difficulté 

·         Moins de décharge de direction 

·         La scolarisation des moins de trois ans supprimée 

·         Une perte de mixité sociale avec les phénomènes d'évitement du secteur

·         Un manque de reconnaissance de la part de l'institution des conditions dans lesquelles les élèves et les enseignants travaillent 

·         Une instabilité de l’équipe puisque les enseignants, qui bénéficient de points supplémentaires et d'une prime, seront tentés de partir.

 

Ces écoles seraient mises en difficulté d'autant plus qu’elles auront à souffrir de la concurrence des  nouvelles écoles labellisées du quartier du Trapèze.

Le dispositif d’éducation prioritaire doit être maintenu 

à Boulogne-Billancourt

 

Si les établissements n’ont pas vocation à y rester définitivement, le classement doit se faire en fonction des besoins réels et des spécificités locales. Aujourd’hui les conditions ne sont pas réunies pour supprimer ce dispositif car les paramètres sociaux qui ont amené l’Académie à créer ce réseau n’ont pas disparu pour les cinq écoles.  

 

Des milliers de familles aux revenus modestes habitent notre commune. Leurs enfants ont droit aussi à une éducation et à une scolarité de qualité.

 

Au niveau national, des académies vont perdre des réseaux, d’autres en gagner. Cette politique concurrentielle, et conçue du point de vue comptable est inacceptable.

 

Aucune école ne doit sortir du dispositif d’éducation prioritaire si les parents et les enseignants ne le souhaitent pas. Au contraire, il doit être étendu à toutes écoles qui en ont besoin.

 

Cette refonte des ZEP risque donc d’aboutir à des injustices parce que le Gouvernement ne veut pas y mettre des moyens financiers et humains complémentaires. Ce qui contredit l’objectif annoncé par la Ministre de réduire à moins de 10 % l’écart de réussite entre les élèves des ZEP et les autres.

 

Pourtant ce même pouvoir n’hésite pas à dilapider les deniers publics en accordant des dizaines de milliards d’euros de cadeaux aux plus riches et aux actionnaires sans aucune contrepartie.
 

          L’école est un investissement humain utile à la société tout entière

 

Une éducation nationale de qualité est un élément important pour que les enfants issus des milieux populaires réussissent leur vie.

 

Les communistes de Boulogne-Billancourt apportent tout leur soutien aux enseignants et aux parents d’élèves dans leurs actions pour le maintient du réseau d’éducation prioritaire dans notre commune et sont disponibles pour en débattre et agir ensemble.

 

 

 

Pour une école de l’égalité pour tous lire les propositions des communistes :

                                                   http://reseau-ecole.pcf.fr/58845

 

Repost 0
12 novembre 2014 3 12 /11 /novembre /2014 12:30

2014-11-02 invitation débat 13 novembre

Repost 0
Published by - dans PCF
commenter cet article
3 octobre 2014 5 03 /10 /octobre /2014 18:20

Tract Conseil municipal 9

Repost 0
22 septembre 2014 1 22 /09 /septembre /2014 12:39

pierre-grenier-0022.JPG

Lettre ouverte à M. Pierre-Christophe Baguet

 Maire de Boulogne-Billancourt

 

Des organisations et associations Boulonnaises

écrivent à M. Baguet, Maire de Boulogne-Billancourt :

 

Front de Gauche (PCF – PG) – Parti Socialiste – EELV (Europe Ecologie – Les Verts) – Un logement pour tous – SNUIPP-FSU  (Syndicat des Instituteurs et Professeurs des écoles) –MRAP (Mouvement Contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples)

 

Monsieur le Maire,         

                      

A plusieurs reprises, nous avons attiré votre attention sur le cas des quatre familles de la cité Pierre Grenier  contre lesquelles une procédure d'expulsion de leur logement  a été engagée.

Vous connaissez parfaitement ce dossier  sur les détails duquel il ne nous semble pas utile de revenir. Nous vous rappelons simplement qu'on veut faire payer ces personnes pour des délits commis, il y a plusieurs années, par un de leurs fils, délits pour lesquels ils ont été jugés et condamnés à une peine de prison qu'ils ont effectuée, payant ainsi leur dette à la société. Il serait particulièrement injuste de faire subir une double peine à leurs familles.

Monsieur le Préfet des Hauts-de-Seine s'est maintenant saisi des quatre dossiers.  Il s’est engagé à ce que ces familles ne soient pas expulsées, qu’elles soient relogées d’une manière pérenne et à étudier le rétablissement de leurs APL (Aide Personnalisée au Logement).

Ces décisions traduisent la volonté du représentant de l’Etat dans notre département de régler cette situation d’une manière humaine. Il serait incompréhensible pour ces familles et de nombreux habitants et habitantes de notre commune que la ville de Boulogne-Billancourt n’y apporte pas sa contribution.

Nous vous rappelons qu'une pétition de soutien aux quatre familles a été signée par 1500 Boulonnaises et Boulonnais dont 530 habitants de la cité Pierre Grenier.

Deux membres de ces familles travaillent à la Mairie, les enfants  scolarisés ont le soutien du corps enseignant et de la FCPE de Boulogne.  Sont également intervenus auprès de vous les  responsables du club de football de l'ACBB dans lequel jouent deux fils d’une des familles, dont l’un est entraîneur.

La priorité doit être donnée à un relogement à Boulogne-Billancourt, où des possibilités existent, de ces familles parfaitement intégrées dans notre ville, aux revenus modestes, avec un état de santé souvent précaire. 

Une nouvelle fois, nous vous demandons avec une insistance particulière de recevoir au plus vite une délégation représentant l’ensemble des familles concernées afin d'examiner les solutions à apporter pour régler au mieux et définitivement leur situation.

 

Dans l’attente d’une prompte réponse, nous vous prions d’agréer, Monsieur le Maire, l’expression de notre considération distinguée.

 

Les organisations signataires

Repost 0