Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 avril 2015 5 03 /04 /avril /2015 13:07

Hier à 18 h 30, un rassemblement de soutien  aux familles expulsées de Boulogne s'est tenu devant la mairie pendant le conseil municipal.

 Nous nous sommes tous mobilisés afin que ces  familles ne  passent pas  une deuxième nuit dehors.  Après de multiples démarches, elles ont obtenu d'être relogées pendant une semaine dans un hôtel à Saint Ouen l’Aumône. Par contre les 8 célibataires n’ont pu y être admis (hôtel  réservé aux familles). L'association Droit au Logement (DAL) les a emmené place de la République où sont installées des structures d’accueil depuis la fin de la trêve hivernale, afin à la fois d’abriter ces personnes et de rendre visible cette situation inadmissible en appelant  à la solidarité. Le DAL continuera de suivre et d'aider ces familles afin qu'elles trouvent des logements pérennes.

Repost 0
2 avril 2015 4 02 /04 /avril /2015 13:14

billancourt-0010_2.JPG

RASSEMBLEMENT AUJOURD'HUI

A 18 H 30 DEVANT LA MAIRIE

DE BOULOGNE-BILLANCOURT

CONTRE L'EXPULSION DE FAMILLES ET POUR LEUR RELOGEMENT

 

Vous avez peut-être vu aux infos de FR3, hier, que des familles (une cinquantaine de personnes) avaient été expulsées hier du 2 rue Paul Bert, où celles-ci avaient trouvé un toit pour les abriter, avec leurs enfants.
Le 1er avril c'était le premier jour de la fin de la trêve des expulsions ... ils n'ont pas perdu de temps !

 Cette nuit, ces familles ont dormi dehors, devant la mairie. Cette situation est inadmissible, un toit, c'est un droit ! Des solutions existent comme par exemple,  les logements vides de la gendarmerie. Ils doivent leur être ouverts dés ce soir !

 Ce ne sont certainement pas des interventions musclées de la police (comme ce matin)  qui vont apporter des réponses. Une solution humaine doit être trouvée..  Nous vous appelons à nous rassembler ce soir, à 18 h 30, devant la mairie, avant le Conseil municipal, afin d'interpeller le maire et les conseillers municipaux pour qu'une solution soit trouvé face à la détresse de ces personnes.

 Une question va d'ailleurs été posée au Conseil municipal par les élus du PS, à la demande de  l'association "Un logement pour tous",  concernant les décisions de la commission d'expulsion qui s'est réunie le 17 mars. Combien de personnes sont concernées, en particulier des personnes âgées et des familles avec des enfants mineurs.

 Pour le Front de gauche et le PCF, dans le contexte de crise que nous connaissons les difficultés à se loger et à payer un loyer sont de plus en plus grandes pou de plus en plus de monde, le gouvernement doit se saisir de cette question et doit mener une politique sociale volontariste en matière de logement, et la municipalité de Boulogne-Billancourt, avec à peine 14 % de logements sociaux (la loi SRU en prévoit 25 % !) doit prendre ses responsabilités.

 Nous proposons :

·        L'arrêt des expulsions

·        La création d'un service public national du logement

·        La réquisition des logements vides

·        La baisse des loyers par un encadrement de la loi

·        La construction massive de vrais logements sociaux (PLAI, logements étudiants, foyers logements) et l'application de la loi dans toutes les communes

·        L'accès pour tous à un logement digne

 

Venez nombreuses et nombreux au rassemblement de ce soir !

 

Ça lutte à Boulogne-Billancourt : les employées de la mairie se sont également rassemblés en nombre ce matin, à l'appel de la CGT et des Autonomes  pour exprimer leur mécontentement. Ils sont également venus apporter leur solidarité aux familles. Nous y reviendrons (voir la photo jointe)

 

 

Repost 0
25 mars 2015 3 25 /03 /mars /2015 13:29

photo-groupe.jpg

MESSAGE DES CANDIDATES ET CANDIDATS DU FRONT DE GAUCHE

À L'ISSUE DU 1 ER TOUR DES DÉPARTEMENTALES 

 

Au niveau national, la gauche anti-austérité a réalisé un score de 9,4 %, contrairement aux chiffres manipulés proclamés par le ministère de l’intérieur. C’est un score positif, bien sûr insuffisant.

 Les candidates et candidats présentés par le Front de Gauche  remercient les 1 221 Boulonnais-e-s et Sévrien-e-s qui leur ont apporté leur soutien  à l'occasion des élections départementales. 

 Sur le canton 2 (Boulogne-Billancourt-Sèvres), un deuxième tour aura lieu. Les candidates et candidats du Front de Gauche ne donnent aucune consigne de vote.

  Au lendemain de ces élections, nous poursuivrons notre combat contre la politique  d'austérité du gouvernement qui prive nos collectivités des moyens indispensables pour assurer efficacement leurs missions dans le domaine de la santé, de l'éducation, du logement, de l'emploi  et de la politique sociale. 

 À Boulogne-Billancourt, nous continuerons notre action pour obtenir plus de logements sociaux notamment en réhabilitant les 28 logements de l'ancienne caserne de Gendarmerie. Nous agirons pour la construction d'un nouveau collège public dans le sud de la ville et une sectorisation équilibrée basée sur la mixité sociale.  

 À Sèvres, nous poursuivrons notre action pour sauver les urgences de l’hôpital et défendre les associations qui œuvrent en faveur de l’action éducative et culturelle..

 Au plan national comme au plan local, fidèles aux vraies valeurs de la gauche, nous agirons pour que l'humain soit au cœur des préoccupations politiques. 

 

 

Appel à la solidarité financière : Etant donné qu’il faut atteindre les 5 % pour être remboursés des frais de campagne, nous n’y aurons pas droit. Nous faisons appel à votre générosité pour nous aider à payer notre matériel. Les chèques sont à adresser au Front de gauche BB – 18 rue Heinrich – 92100 Boulogne-Billancourt - libeller à l’ordre de : Marie Claude Willard, mandataire financier. Ils sont déductibles des impôts à hauteur de 66 %. Nous vous en remercions par avance.

 

 

 

 

 

Repost 0
10 mars 2015 2 10 /03 /mars /2015 16:34

groupe

 

PÉTITION

SE LOGER A BOULOGNE : UN DROIT POUR TOUS

 

Boulogne-Billancourt ne compte que 14% de logements sociaux alors que la loi SRU en exige 25%. 4 000 Boulonnais attendent, souvent depuis de longues années, un logement social. Se loger à Boulogne-Billancourt est devenu impossible pour nombre de jeunes, de familles modestes et de foyers monoparentaux. 

 Le logement doit devenir une priorité dans notre ville pour que toutes les catégories sociales puissent résider à Boulogne.

 DEUX PREMIÈRES MESURES POURRAIENT  ÊTRE PRISES RAPIDEMENT

  •  
  • RHÉABILITER L’ANCIENNE CASERNE DE GENDARMERIE EN LOGEMENTS SOCIAUX :

Dans l'ancienne gendarmerie, 60 rue de Sèvres, 28 appartements sont aujourd'hui vacants. Le Conseil Général qui est propriétaire du bâtiment envisage de le vendre à des promoteurs immobiliers. Ces logements pourraient être rapidement rénovés et intégrés au parc social départemental ou municipal.

 

  • Intervenir auprès de la SNI/EFIDIS (filiale de la Caisse des dépôts et consignations, organisme public) pour qu’elle reloue dans l’une de ses résidence, la quinzaine de logements sociaux inoccupés pour certains depuis novembre 2009.
  •  
  • Signez la  pétition ici : link

Repost 0
6 mars 2015 5 06 /03 /mars /2015 14:58

groupe

 

 

SCANDALE DU LOGEMENT A BOULOGNE-BILLANCOURT

 

Nous étions 70 lors du rassemblement devant l’ancienne gendarmerie, 60 rue de Sèvres, à l’initiative du Front de gauche, pour exiger que les 28 appartements, vides depuis 5 ans et propriété du Conseil général des Hauts de Seine, soient réhabilités en logements sociaux et que leur gestion soit confiée à un bailleur social.

 

C’est un vrai scandale, la ville de Boulogne-Billancourt est hors la loi :

·         Seulement 14 % de logement sociaux alors que la loi en prévoit 25 %

·         Plusieurs  logements vides alors qu’il y a plus de 4000 demandes insatisfaites (familles entassées dans de tous petits logements, ou dans des chambres d’hôtel à 700 euros par mois, jeunes travailleurs, étudiants et jeunes couples contraints de quitter Boulogne-Billancourt  car les logements dans le privé leur sont inaccessibles (1 000 euros minimum pour un 2 pièces)…

·         Ainsi, avenue Pierre Grenier, une quinzaine de logements sociaux gérés par la SNI/EDEFI (organisme publique filiale de a Caisse des Dépôts et consignation) sont inoccupés, pour certains depuis novembre 2009.

·         Par contre les expulsions ne posent pas de problèmes à la droite

 

La conseillère générale Nadine Garcia et le conseiller général Jacques Bourgoin, du PCF Front de gauche étaient présents et ont dénoncé la politique ultra élitiste de la droite dans le département qui choisit délibérément de ne pas construire de logements sociaux pour favoriser la spéculation dans les villes qu’elle gère et parmi lesquelles Boulogne-Billancourt fait partie des plus mauvais élèves !

 

Les amis Front de gauche du Parti de Gauche et d’Ensemble ont également dénoncé de telles pratiques et exigé des pénalités beaucoup plus importantes pour les communes hors la loi.

 

Les candidates et candidats du Front de gauche aux municipales étaient également présent-e-s et vont continuer, comme ils le font depuis des années, à agir avec vous, pour des logements sociaux à Boulogne et dans les Hauts de Seine.

Repost 0
24 février 2015 2 24 /02 /février /2015 19:26

SE LOGER EST UN DROIT POUR TOUS-1

Repost 0
28 janvier 2015 3 28 /01 /janvier /2015 16:28

Etincelle_Fev2015_BasseDef2-1.jpg

Etincelle_Fev2015_BasseDef2-8-copie-1.jpg

Repost 0
29 novembre 2014 6 29 /11 /novembre /2014 17:26

 

   Parti  Communiste Français 

  Boulogne-Billancourt  18 rue Heinrich – 92100 Boulogne-Billancourt

 

  Tél :       01 46 21 50 16     

  E-mail : pcfboulogne@yahoo.fr

  Blog :  pcf.boulogne-billancourt.over-blog.com

 

 

RÉUSSITE SCOLAIRE

POUR TOUS LES ENFANTS

DE BOULOGNE-BILLANCOURT

                  

Refonte de l’Éducation Prioritaire : 5 écoles durement touchées !

 

Le ministère de l'Education Nationale lance un nouveau plan pour l'éducation prioritaire, la France étant l'un des pays où l'origine sociale influe le plus sur la réussite scolaire.

Mais ce plan s'accompagne d'une révision de la carte des Zones d’Éducation Prioritaire (ZEP) et se traduirait pour les Hauts de Seine par la suppression de 8 réseaux dont à Boulogne le Réseau du collège Jean Renoir et les écoles qui y sont rattachées : les maternelles Forum, Castéja et l'élémentaire Castéja d'une part, la maternelle Jean Guillon et l’élémentaire Pierre Grenier d’autre part.

Si ces écoles devaient s'aligner sur les autres écoles de Boulogne, voici ce que cela entrainerait :

·         Une hausse des effectifs, donc moins de temps pour s’occuper de chaque élève 

·         Moins d'intervention des enseignants spécialisés pour l'aide aux élèves en difficulté 

·         Moins de décharge de direction 

·         La scolarisation des moins de trois ans supprimée 

·         Une perte de mixité sociale avec les phénomènes d'évitement du secteur

·         Un manque de reconnaissance de la part de l'institution des conditions dans lesquelles les élèves et les enseignants travaillent 

·         Une instabilité de l’équipe puisque les enseignants, qui bénéficient de points supplémentaires et d'une prime, seront tentés de partir.

 

Ces écoles seraient mises en difficulté d'autant plus qu’elles auront à souffrir de la concurrence des  nouvelles écoles labellisées du quartier du Trapèze.

Le dispositif d’éducation prioritaire doit être maintenu 

à Boulogne-Billancourt

 

Si les établissements n’ont pas vocation à y rester définitivement, le classement doit se faire en fonction des besoins réels et des spécificités locales. Aujourd’hui les conditions ne sont pas réunies pour supprimer ce dispositif car les paramètres sociaux qui ont amené l’Académie à créer ce réseau n’ont pas disparu pour les cinq écoles.  

 

Des milliers de familles aux revenus modestes habitent notre commune. Leurs enfants ont droit aussi à une éducation et à une scolarité de qualité.

 

Au niveau national, des académies vont perdre des réseaux, d’autres en gagner. Cette politique concurrentielle, et conçue du point de vue comptable est inacceptable.

 

Aucune école ne doit sortir du dispositif d’éducation prioritaire si les parents et les enseignants ne le souhaitent pas. Au contraire, il doit être étendu à toutes écoles qui en ont besoin.

 

Cette refonte des ZEP risque donc d’aboutir à des injustices parce que le Gouvernement ne veut pas y mettre des moyens financiers et humains complémentaires. Ce qui contredit l’objectif annoncé par la Ministre de réduire à moins de 10 % l’écart de réussite entre les élèves des ZEP et les autres.

 

Pourtant ce même pouvoir n’hésite pas à dilapider les deniers publics en accordant des dizaines de milliards d’euros de cadeaux aux plus riches et aux actionnaires sans aucune contrepartie.
 

          L’école est un investissement humain utile à la société tout entière

 

Une éducation nationale de qualité est un élément important pour que les enfants issus des milieux populaires réussissent leur vie.

 

Les communistes de Boulogne-Billancourt apportent tout leur soutien aux enseignants et aux parents d’élèves dans leurs actions pour le maintient du réseau d’éducation prioritaire dans notre commune et sont disponibles pour en débattre et agir ensemble.

 

 

 

Pour une école de l’égalité pour tous lire les propositions des communistes :

                                                   http://reseau-ecole.pcf.fr/58845

 

Repost 0
3 octobre 2014 5 03 /10 /octobre /2014 18:20

Tract Conseil municipal 9

Repost 0
22 septembre 2014 1 22 /09 /septembre /2014 12:39

pierre-grenier-0022.JPG

Lettre ouverte à M. Pierre-Christophe Baguet

 Maire de Boulogne-Billancourt

 

Des organisations et associations Boulonnaises

écrivent à M. Baguet, Maire de Boulogne-Billancourt :

 

Front de Gauche (PCF – PG) – Parti Socialiste – EELV (Europe Ecologie – Les Verts) – Un logement pour tous – SNUIPP-FSU  (Syndicat des Instituteurs et Professeurs des écoles) –MRAP (Mouvement Contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples)

 

Monsieur le Maire,         

                      

A plusieurs reprises, nous avons attiré votre attention sur le cas des quatre familles de la cité Pierre Grenier  contre lesquelles une procédure d'expulsion de leur logement  a été engagée.

Vous connaissez parfaitement ce dossier  sur les détails duquel il ne nous semble pas utile de revenir. Nous vous rappelons simplement qu'on veut faire payer ces personnes pour des délits commis, il y a plusieurs années, par un de leurs fils, délits pour lesquels ils ont été jugés et condamnés à une peine de prison qu'ils ont effectuée, payant ainsi leur dette à la société. Il serait particulièrement injuste de faire subir une double peine à leurs familles.

Monsieur le Préfet des Hauts-de-Seine s'est maintenant saisi des quatre dossiers.  Il s’est engagé à ce que ces familles ne soient pas expulsées, qu’elles soient relogées d’une manière pérenne et à étudier le rétablissement de leurs APL (Aide Personnalisée au Logement).

Ces décisions traduisent la volonté du représentant de l’Etat dans notre département de régler cette situation d’une manière humaine. Il serait incompréhensible pour ces familles et de nombreux habitants et habitantes de notre commune que la ville de Boulogne-Billancourt n’y apporte pas sa contribution.

Nous vous rappelons qu'une pétition de soutien aux quatre familles a été signée par 1500 Boulonnaises et Boulonnais dont 530 habitants de la cité Pierre Grenier.

Deux membres de ces familles travaillent à la Mairie, les enfants  scolarisés ont le soutien du corps enseignant et de la FCPE de Boulogne.  Sont également intervenus auprès de vous les  responsables du club de football de l'ACBB dans lequel jouent deux fils d’une des familles, dont l’un est entraîneur.

La priorité doit être donnée à un relogement à Boulogne-Billancourt, où des possibilités existent, de ces familles parfaitement intégrées dans notre ville, aux revenus modestes, avec un état de santé souvent précaire. 

Une nouvelle fois, nous vous demandons avec une insistance particulière de recevoir au plus vite une délégation représentant l’ensemble des familles concernées afin d'examiner les solutions à apporter pour régler au mieux et définitivement leur situation.

 

Dans l’attente d’une prompte réponse, nous vous prions d’agréer, Monsieur le Maire, l’expression de notre considération distinguée.

 

Les organisations signataires

Repost 0